Accueil
Thèmes
A propos
Contact
Liens
Rechercher

(fr.wikipedia.org)
Trente ans

de silence


(antikforever.com)






     Trois décennies s’écoulèrent, au cours desquelles Jésus grandit à Nazareth dans la simplicité et la discrétion. Après les évènements liés à sa naissance, les évangiles sont à peu près muets quant aux années de son enfance. On sait seulement qu'il a dû fréquenter l'école et apprendre le métier de charpentier chez son père. Saint Luc écrit qu'il « grandissait en sagesse » et relate un seul épisode précis.

     Jésus âgé de douze ans participa au pélerinage annuel de la Pâque à Jérusalem ; pendant le voyage retour, il échappa à la surveillance de ses parents, et ceux-ci le retrouvèrent au milieu du Temple en train de s'entretenir avec les prêtres et les docteurs. Ceux-ci s'étonnaient de la pertinence de ses questions spirituelles. Au reproche que lui fit Marie, il répondit de façon sibylline qu'il devait « s'occuper des affaires de son Père » (Lc. 2, 41-52). C'est à peu près tout ce que la Bible nous apprend de la jeunesse de Jésus-Christ.

 

Le contexte politique


     Ces trente années virent la situation politique en Terre sainte évoluer tout en demeurant liée à celle de Rome. Après la mort du roi Hérode le Grand, survenue en l'an 4 avant J.-C., le royaume de Judée fut partagé en territoires qui furent appelés des "tétrarchies" et répartis entre ses trois fils. Archélaüs reçut la Judée et la Samarie, Hérode Antipas hérita de la Galilée ainsi que de la Pérée (région située au Nord-Est de la mer Morte) et Hérode Philippe obtint le Sud de la Syrie. Le pouvoir des tétrarques restait cependant soumis au contrôle impérial.




La Terre sainte après Hérode le Grand
(antikforever.com
)



     En Judée, Archélaüs pratiqua une politique répressive féroce. Plusieurs révoltes furent écrasées et deux mille Juifs crucifiés. Ce règne très impopulaire se termina par la déposition d'Archélaüs, prononcée par l'empereur Auguste en l'an 6 après J.-C. à la demande de la population judéenne elle-même.

     La Judée devint alors une province romaine proprement dite, sous le nom de Iudaea, et fut administrée par des gouverneurs romains. L'un de ses gouverneurs est le fameux Ponce Pilate, qui condamna Jésus et qui fut sans doute en fonction de 26 à 36. Le lieu de résidence habituel des gouverneurs était Césarée maritime, sur la côte méditerranéenne, mais ils se rendaient fréquemment à Jérusalem, notamment au moment des fêtes juives. Indirectement, la Judée dépendait également de la grande province de Syrie.




Monnaie du tétrarque Archélaüs
(en.wikipedia.org
).



     De leur côté, les tétrarchies de Galilée et de Syrie demeurèrent plus durablement aux mains de la dynastie hérodienne. Hérode Antipas, qui dirigea la Galilée jusqu’en 39, est surtout connu pour avoir fait décapiter le prophète Jean-Baptiste. Ce fut aussi un bâtisseur, qui restaura la ville de Sepphoris, non loin de Nazareth, et qui fonda celle de Tibériade sur le lac de Galilée, en l'honneur de l'empereur Tibère.

     Quant à Hérode Philippe, tétrarque des territoires israélites de Syrie jusqu’en 34, il installa sa capitale à Césarée de Philippe, ainsi désignée pour la distinguer de Césarée maritime. Il fonda des villes nouvelles dédiées aux empereurs romains, en agrandissant des ports de pêche comme Bethsaïde, sur le lac de Galilée, qu'il rebaptisa Julias.





Monnaie à l'effigie du tétrarque Hérode Antipas
(treachery.wordpress.com
).


La société judéenne

 

     Le nouveau statut de province romaine de la Judée provoqua un regain d’animosité contre l'occupant. Le mouvement dit des zélotes, c'est-à-dire des « Juifs zélés », aspirait au retour à l'indépendance et se tourna vers la résistance armée. Mais les actes de violence perpétrés contre les légions romaines furent systématiquement réprimés dans le sang. Le climat social régnant en Judée restait très tendu.

     Toutefois, d'autres tendances et courants de pensée existaient chez les Juifs de Judée. Les pharisiens étaient des prêtres qui, malgré la présence étrangère, continuaient à pratiquer le culte monothéiste dans le Temple. A l'opposé, la communauté religieuse des Esséniens s’était mise à l'écart du monde afin d'éviter tout contact avec les païens. Enfin, le groupe dit des Sadducéens se caractérisait par le refus de croire en la résurrection des âmes dans l'Au-delà. Tous ces mouvements étaient présents en Palestine lorsque Jésus commença à diffuser son enseignement.

            Mais avant de se pencher sur les traces de sa vie et de son oeuvre, faisons un détour à la rencontre d’un personnage dont le destin leur est étroitement lié : Jean le Baptiste.



 

 







 



La suite : A la recherche de Jean le Baptiste

Retour au sommaire